Aller au contenu principal

Participation citoyenne, « devenir acteur de sa sécurité »

Instaurée pour la première fois en 2006, la démarche participation citoyenne consiste à sensibiliser les habitants d'une commune ou d'un quartier et à les associer à la protection de leur environnement. Ce protocole national qui associe l’État, La Gendarmerie Nationale, et les Communes, a pour finalité de prévenir la délinquance en établissant un lien régulier entre les habitants d'un quartier, les élus et les représentants de la force publique.

Qui peut participer à cette démarche ? Tout habitant majeur de la commune : il suffit de venir vous inscrire en mairie. Une fois validée par le Maire, votre inscription sera transmise à la Gendarmerie.

Quelle sera l’action à mener ? Le rôle du citoyen participant à ce dispositif est de servir de relais avec la gendarmerie et d’appeler le 17 pour faire un signalement en cas de situation suspecte. En aucun cas il sera amené à intervenir directement.

Depuis Octobre 2019, Montech est engagée dans ce dispositif avec au début une dizaine de participants. Mais aujourd’hui c’est une trentaine de volontaires qui est répartie sur tout le territoire de la ville. Même si pour la plupart la démarche a été bien comprise, il est bon de se rencontrer et d’échanger régulièrement sur cette thématique, et c’est pourquoi ce vendredi 5 novembre, s’est tenue une réunion publique en présence de Christophe SARDA, Commandant de la Brigade de Gendarmerie de Montech, Carine LACOMBE, Police Municipale, Isabelle LAVERON, Conseillère Régionale, Didier DAL SOGLIO, Conseiller Municipal, Délégué Défense et de Michaël BOSCARI, Référent « Participation Citoyenne » sur la Commune.

M. SARDA a rappelé les modalités opérationnelles de mise en œuvre de ce dispositif. A l’aide de faits réels, il a expliqué les conséquences psychologiques d’un vol ou d’un larcin sur une victime et montré en quoi le dispositif peut réduire de tels effets. Sensibilisés aux phénomènes de délinquance, les participants citoyens sont plus à même de décrire les actes de malveillance ou de relayer l’action de la gendarmerie auprès de la population. On retiendra que 90 % des cambriolages ont lieu entre 09h00 et 17h00 et que la rapidité des signalements est essentielle dans la résolution des préjudices.

En fin de séance, l’échange sous forme de questions / réponses a mené à une analyse de la délinquance de proximité constatée sur la commune, et a permis de comparer les moyens utilisés pour relater les faits tout en rassurant et en confortant les habitants dans leur engagement.

Encadrée par la gendarmerie nationale, la « participation citoyenne » vient consolider les moyens de sécurité publique déjà mis en œuvre.