Aller au contenu principal

HOMMAGE A ANDRÉ BONNET

Le rendez-vous était donné à 16h ce lundi 8 mai au boulevard André Bonnet, pour le dévoilement de la plaque de l’Espace municipal composé des club House du rugby et du basket et de deux salles qui accueillent des activités associatives.

Une trentaine de personnes s’était réunie pour l’occasion, parmi laquelle se tenaient Isabelle Laveron, Conseillère Régionale, Dominique Sardeing, Vice-présidente du Conseil Départemental, nombreux membres du Conseil Municipal ainsi que le Commandant Nicolas Goujon de la Gendarmerie Nationale, et Jason Ondigui, élu du CMJ.

L’Espace a été nommé officiellement « Espace André Bonnet » et devant l’assistance et plusieurs membres de la famille d’André Bonnet, Jacques Moignard, Maire, a procédé au dévoilement de la plaque : « sur cette plaque sont notées quelques informations sur qui était André Bonnet. Peut-être qu’ainsi les gens seront curieux d’en savoir plus sur ce personnage » a-t-il expliqué.

Mme Laurence Bonnet, petite nièce d’André Bonnet, venue de Paris avec son fils Aubertin, entourée de plusieurs cousins, nous a fait part de son émotion concernant ce bel hommage rendu à son grand-oncle, hommage qui s’est poursuivi ensuite par deux conférences salle Laurier.

Francis Meignan a tout d’abord présenté le contexte historique et les difficultés auxquelles ont dû faire face les rugbymens pendant la deuxième guerre mondiale, puis a laissé la place à Denis Gailhard qui nous a retracé la biographie d’André Bonnet.

André Bonnet est né le 10 janvier 1915 à Montech. Fils de gendarme, en tant qu’enfant de troupe, il est parti à l’âge de 13 ans pour suivre ses études à l’école militaire préparatoire de Billom (Puy de dôme) puis de Tulle (Corrèze), où il a découvert et commencé à pratiquer le rugby. il deviendra l'un des meilleurs trois-quarts centre français du moment, sous les couleurs du « Celtic Paris » et sera champion de France international, quatre fois sélectionné. La presse sportive de l'époque, lui a réservé un grand nombre d’articles élogieux.

En 1940, il entre dans la résistance, dans le réseau « Alliance », il sera arrêté par la Gestapo le 3 novembre 1941. Jugé le 4 novembre 1942 par le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas, il fut condamné à mort pour espionnage et passé par les armes le 30 novembre 1942 au Mont-Valérien.

Photo 1 : Discours de M le Maire
Photo 2 : Plaque dévoilée par Jacques Moignard et Laurence Bonnet
Photo 3 : Famille d'André Bonnet
Photo 4: Conférence de Denis Gailhard